Mémoires Minoritaires #2

Première édition

La première édition du festival s’est tenue du 27 janvier au 25 février 2017 dans les bibliothèques de Jean Macé et du Bachut, en partenariat avec les labo APP (Science Po) et TPG (ENS).

Intégrée au programme « Démocratie : rêver, penser, agir ensemble » des bibliothèques de Lyon, ce premier cycle dédié aux « mémoires minoritaires » avait pour file rouge l’exposition Stonewall, conçue par le Collectif Lesbien Lyonnais et les associations Chrysalide et Rimbaud.

Un programme mêlant ateliers, projections et rencontres s’est élaboré autour de l’exposition avec pour thème la « co-construction d’une mémoire des minorités sexuelles à l’heure du numérique ».

Atelier de cartographie numérique

Depuis juin 2016, le Collectif Lesbien Lyonnais récolte des témoignages de lesbiennes (et autre associal.es: bi.es, trans, travailleuses du sexe et queer) afin de constituer une mémoire militante, sociale, sexuelle et révolutionnaire à l’échelle d’une ville.

Ce travail mémoriel et militant vise à conserver une mémoire des lieux, des luttes, des fêtes et des rencontres qui ont marqué l’histoire des révolutions sexuelles et de genre à Lyon. Les traces et matériaux récoltés par le C2L ont été déposés sur une carte à l’aide de l’application UMAP. Les participantes ont également pu déposer leurs propres souvenirs et documents d’archives.

>>> VERS LA CARTE <<<

Un marathon d’écriture sur Wikipédia

Pendant deux jours, la salle d’animation de la bibliothèque du 7ème s’est transformé en atelier d’écriture et d’archivage collectif, où chacune a pu compléter, enrichir et illustrer des articles sur Wikipédia.

Avec l’aide de wikipédiennes bénévoles et des documents du Point G, une trentaine d’articles portant sur l’histoire, les droits et les cultures des minoritaires sexuelles ont été complétés. La liste est consultable ici !

Rencontre

Le 2 février 2017, Mémoires Minoritaires organisait une rencontre avec Tarek Lakhrissi et Nathalie Muchamad, deux artistes élaborant chacun dans le domaine de la vidéo et du numérique un regard critique sur les notions de diaspora, de post-colonialités, de genre et de sexualité.

Ponctuée par des extraits de leurs travaux respectifs, cette rencontre avec le public a permis de mettre en lumière des narrations individuelles ou collectives que les récits dominants maintiennent dans la marge.

>>> DESCRIPTION <<<

Des projections

Tarek Lakhrissi est venu présenter son film diaspora / situations, une série de brefs portraits vidéos de personnes minorisées (de par leur couleur de peau, leur genre, leur identité religieuse, sexuelle…) et réfléchissant à l’impact intime de la diaspora sur leur façon de vivre. Depuis, le film a été projeté dans des festivals et des colloques en Europe et en Amérique du Nord.

En clôture du festival, le réalisateur et militant Stéphane Gérard est venu présenter son film Rien n’oblige à répéter l’histoire, dédié à l’héritage des émeutes de Stonewall. Composé d’images d’archives remixées et colorisées, ce documentaire expérimental met en résonnance sept conversations portant sur les politiques des minorités sexuelles et les luttes contre l'épidémie de sida, leur mémoire et leur devenir.

Les partenaires de la première édition